Stock Brèves

Toujours plus Fort ...

Je conseille la lecture de cet article EUROPE 1 , édifiant sur l'évolution du niveau scolaire en collège et lycée.

La faute à qui ?

- Pas vraiment celle des élèves, qui ne sont ni moins bons, ni meilleurs que ceux des générations précédentes, et qui ne font qu'appliquer les méthodes et les exigences qu'on leur définit.

- Pas vraiment celle des profs,  qui respectent les programmes et directives de l'Education Nationale.

- Pas vraiment la faute des parents, dont ce n'est pas le boulot, et qui n'ont pas vraiment leur mot à dire.

- Finalement, peut-être un peu de la faute de tout le monde.

Bac 2021 - Cadeau BONUX ? ...

On ne peut qu'être heureux pour les candidats qui viennent d'obtenir leur baccalauréat, et pour leurs familles, pères et mères, légitimement fiers de voir leur progéniture réussir cet examen, qui a couronné les études secondaires pendant des générations.

Réflexion ...

Doit-on, en priorité, se réjouir pour les 95% de reçus à l'échelon national, ou être tristes pour les malheureux 5% qui ont échoué, qui se consoleront vite en l'obtenant dans leur quasi totalité l'année suivante.

715.000 candidats, 680.000 reçus, 35.000 collés ... 

Dans mon ex-lycée privé parisien, 110 candidats, 100% de reçus, dans toutes les sections (9 ème fois en 12 ans, 1 collé par an pour les deux années sans), c'est bien, mais d'ors et déjà courant, mais le plus valorisant, 95% de mentions AB, B, ou TB.

95% des élèves ont obtenu au moins 12/20 de moyenne générale.

Cette année, à l'échelon national, il y a eu tellement de mentions, que l'Education Nationale a créé une nouvelle super mention (Très Bien avec Félicitations du Jury, si au moins 18/20 de moyenne générale).

3,5% des candidats ont obtenu cette super mention.

Conséquences :

1/  La moyenne au bac d'un élève normal, c'est 14/20, d'où la difficulté pour ceux qui ont obtenu moins, de trouver une formation qui corresponde à leurs voeux.

Parents, pour vos enfants, de la 2nde à la classe terminale, oubliez la vieille notion selon laquelle un élève moyen a 10/20 de moyenne. 

De nos jours, en dessous de  12/20, l'élève présente des faiblesses.

2/  En dessous de 14/20, en post-bac, on s'oriente vers ce qu'on peut, pas nécessairement vers ce que l'on veut.

Seule consolation, à priori, quand il entre en terminale, l'élève est sût d'être reçu, à 5% près.

L'année scolaire 2020-2021 se termine ...

Ces exercices seront les trois derniers proposés à votre réflexion.

L'heure des bilans ...

J'ai proposé tardivement mon aide bénévole aux élèves de lycée habitant ROUILLAC et ses alentours, et, peut-être par timidité, ou par crainte de l'inconnu, je reconnais que le succès n'était pas au rendez-vous.

J'espère que le bouche à oreille faisant son oeuvre, j'aurai plus de candidats l'an prochain.

Je serai présent, disponible, et il suffira d'oser franchir le pas, pour que je réponde présent.

Les résultats ...

j'ai suivi cette année une vingtaine d'élèves, surtout parisiens, principalement élèves de TG, un quart en 1eG, les reste en 2nde.

Parmi les TG, 2 ont été admis au prestigieux lycée Henri IV à Paris, et tout ceux qui ont postulé pour une CPGE, classe préparatoire aux grandes écoles, ont été admis là où ils espéraient intégrer.

Je ne parlerai pas des résultats au bac, les résultats ne sont pas connus, mais à notre époque, tout le monde est reçu d'avance.

Que ceux qui vont entrer l'an prochain en 2nde ou en 1eG, soient bien conscients des exigences attendues, si vous envisager intégrer en Post-Bac une école d'ingénieur ou de commerce.

Un reportage TV, il y a quelques jours, réalisé à l'Ecole de Management de Bordeaux, rappelait qu'il y avait eu 4.000 candidatures, et que le nombre d'élèves dont la moyenne générale en 1eG et TG dépassait 17/20 était très supérieur aux 300 places disponibles. D'où la déception de beaucoup !

En 2021, un élève d'une bonne moyenne générale, au lycée, c'est minimum 16/20.

Eté studieux ...

 Si certains s'en sentent le courage, je suis à disposition tout l'été, pour organiser des séances de révision, pour des révisions de pré-rentrée, pour évaluer votre potentiel, et vos faiblesses, en particulier calculatoires, causes de tant de dégâts ...

Je suis près à vous assister, mais c'est à vous de venir vers moi ... un simple mail, et c'est parti !!

COVID 19 - La mort du baccalauréat ?

Voilà quelques années que le baccalauréat n'avait plus grande valeur. Un examen où 95% minimum des candidats sont assurés de le réussir n'est plus un examen, une simple poudre aux yeux.

La baisse des exigences est d'au moins une année scolaire par rapport à ce qu'elles étaient il y a dix ans.

Pauvres profs, qui ont cru que la dernière réforme allait relever les niveaux, et qui constatent le désastre.

Les élèves seraient-ils moins intelligents qu'auparavant ? 

Pas du tout, c'est ce qu'on leur fait apprendre qui s'effrite d'année en année.

Va-t-on un jour accepter l'idée que tous les élèves ne sont pas sur un pied d'égalité, que ceux qui ne se réalisent pas dans le contexte du lycée, aux nombreux aspects sclérosants, peuvent formidablement s'exprimer dans d'autres voies, sans pour cela ralentir et pénaliser ceux qui y sont à l'aise, au prétexte que tout le monde doit réussir ce baccalauréat, qui ne signifie plus rien.

Le bac est mort, la COVID n'y est pas pour grand chose, sinon qu'elle accentue le déficit en savoir, par des cours aléatoires, et un contrôle continu élargi, au seul but de laisser un sursis à l'écroulement de l'édifice. 

Qu'on le remplace par un certificat de fin d'études, et laissons les formations post-bac, universités, écoles bac+2, bac+5, classes préparatoires, organiser leurs concours d'entrée. Les pendules seront remises à l'heure.

Savoir Calculer

Trop d'élèves issus de 3ème ne possèdent pas les bases du calcul mathématique et risquent à chaque ligne une erreur de calcul.

Les conséquences sont dramatiques à partir de la 2nde, car l'élève, bien que capable de la nécessaire imagination mathématique, rend son travail incohérent, par ses nombreuses erreurs de calcul.

Un apprenti qui ne manie pas avec aisance les outils ne peut prétendre devenir maître en son domaine.

En Maths, c'est pareil ... 

Gros challenge pour les profs et leurs élèves. Le "par coeur" a encore du bon.